Présentation tirée du dossier de Claire LE PLÉNIER "Jacques Fournier, une figure emblématique de Plougastel" qu'elle a défendu pour son élection de 1ère demoiselle de la reine de Cornouaille en 2011.

En 1944, Jacques Fournier est parti faire ses études à l’ESC (École Supérieure de Commerce) à Paris.

Il y fréquenta les cercles bretons : dans un premier temps le groupe « Breizh » qui était dirigé par Pierre Gauron. A ce moment-là, il n'y avait pas d'instruments, les sonneurs étaient rares et les répétitions étaient animées par des violons, notamment par Pierre Gauron. C'est là qu'il apprit toutes les danses de base : laridé, jabadao... Ensuite, il  alla au groupe Nevezadur toujours à Paris. Comme il manquait d'instruments traditionnels, il essaya de se procurer un biniou. De fil en aiguille, il rencontra Hervé Le Menn, qui était originaire d'Hanvec et qui avait fondé le premier groupe de sonneurs bretons, le KAV (Kenvreuriez ar Viniouerien K.A.V.). Il lui  fournit un « engin bricolé entre un biniou kozh et une cornemuse avec un seul bourdon ». Comme il n'y avait personne pour lui apprendre à en jouer, il s'entraînait seul. Il s'enfermait dans les cabinets pour faire moins de bruits !
 

A Paris, il joua avec un groupe de sonneurs qui était composé de la moitié de tous les sonneurs bretons de l’époque. Il y  fit la connaissance de  Polig Monjarret et de Loeiz Roparz qui est devenu par la suite son beau-frère.
 

En 1946, alors que Jacques Fournier poursuit ses études à Paris, il  eût envie de créer à Plougastel un cercle à l'image de ce qui se faisait à Paris. Plougastel a été un des premiers cercles.

A Plougastel, il y avait un groupe de jeunes gens qui s'étaient connus en 1944 pour fabriquer des pansements pour la libération. Ce groupe de personnes a été à la base du premier cercle les « Korollerien Plougastell ». Leurs professeurs étaient deux danseurs de la commune, Mathurin Kerdrevel et Daïg ar Vern pour les danses de Plougastel et Jean et Jacques Fournier pour les danses « externes ».

​​

Le cercle était alors composé de personnes de toutes origines sociales : surtout  des étudiants, mais aussi des artisans, et  beaucoup de cultivateurs.  Il y avait même un inspecteur des impôts.  Le groupe a toujours été composé de trente à cinquante personnes. Beaucoup de jeunes venaient de la campagne. Pour eux, les répétitions se déroulaient le dimanche après la messe.  En effet, ils ne pouvaient pas venir en semaine car ils n'étaient pas disponibles, les travaux des champs se terminant à 22 heures en été. Les jeunes du bourg avaient une répétition en semaine au restaurant Ty-Trémeur. A cette époque les gens disaient « il est dans le biniou à Fournier » en parlant des personnes faisant partie du cercle.

Le cercle était alors surtout constitué de filles de la campagne qui portaient le costume tous les jours. A cette époque, il n’y avait pas beaucoup de tissus pour refaire de nouveaux costumes d'hommes, il fallait donc en acheter d’occasion à la campagne. Pour les tenues des filles, ils se fournissaient dans un magasin de tissus qui avait donné des coupons. Les costumes refaits correspondaient aux tenues portées avant la première guerre mondiale. Il n’ y avait pas  encore d’uniformisation des costumes.
 

La création du cercle a permis de faire ressortir un certain nombre de chants et d’airs. Louis-Marie Bodènes qui a pris la présidence du cercle après Jacques Fournier en a fait un collectage  dans la commune et les communes voisines.
 

A l’intérieur du cercle, régnait une bonne ambiance car les gens avaient un objectif commun : faire honneur à leur commune et à leur région.

Dés 1946, le groupe se produit à la fête locale de Plougastel (la fête des fraises n’existait pas encore) aux filets bleus à Concarneau, et y a remporté le premier prix de danse, à Brest pour la réception grandiose du Lord Maire de Glasgow, lord Inverclyde (Glasgow est la marraine de guerre de Brest), à Plougastel pour la réception de Skilton, le mécène qui a aidé à la reconstitution du calvaire, etc…

​​


En avril 1948, le cercle participe à Paris au couronnement de la duchesse des Bretons de Paris.
Cette même année, la Fête des Reines de Cornouaille crée en 1923, renait après guerre et Monique Jacq du cercle de Plougastel est élue Reine de Cornouaille.

En 1957, Louis-Marie Bodénes dit « Lili » remanie le cercle avec des jeunes de la campagne, faisant parti pour la plupart de la JAC (Jeunesse Agricole Chrétienne). Depuis cette date le cercle s’appelle « Bleunioù Sivi », (fleurs de fraisiers), en hommage au célèbre fruit rapporté du Chili par Amédée Fraisier en 1714.

Entre les année 1960 et 1970, le cercle voyage à l’étranger, Portugal en 1966, la Yougoslavie, la Belqique… qui viennent s’ajouter aux déplacements régionaux devenus traditionnels.

En 1989, Kendalc’h Pen Ar Bed (dont le cercle est membre depuis sa création) décide d’organiser son concours départemental de danses Bretonne à Plougastel. Le cercle décide d’être visionné.

En 1990 le cercle participe au concours à Rostronen en  3ème catégorie et y reste jusqu’en 1993, année de sa montée en seconde catégorie.

En 2005, après avoir fini plusieurs fois 1er de seconde catégorie le groupe accède à la première catégorie.
 

En 2010, grâce à sa chorégraphie « Tri ban dans » le groupe monte en Excellence et participe à la Saint-Loup aux côtés des groupes Excellence et s’offre une belle 4ème place.
Cette année là, le groupe Ado se présente pour la 1ère fois en visionnage au concours qui se déroule à Plougastel depuis 2007, les commentaires sont positifs.
 

En 2011 le groupe adulte se présente en Excellence et malheureusement redescend en 1ère catégorie.
Parallèlement, le groupe Ado se présente en 4ème catégorie et grâce à sa chorégraphie, monte en 3ème catégorie dans laquelle il évolue toujours.
 

En 2012, le groupe adulte est de nouveau récompensé pour sa chorégraphie « Elerc’h » et monte de nouveau en Excellence. Après avoir évolué de 2012 à 2015 au plus haut niveau, en Excellence, le groupe se situe depuis en 1ère Catégorie.

Ambassadeurs de la presqu’île, le cercle a régulièrement l’occasion de se produire à l’étranger ces dernières années : Canada en 2000 sur l’invitation des Bretons de Montréal pour la Saint-Yves, en  Belgique… et en 2012 le cercle a répondu présent à l’invitation des bretons de New York pour défiler aux côtés du Bagad Plougastell sur la 5ème avenue à l’occasion de la Saint-Patrick.

La section enfant du cercle a été créée en 1976. 
Depuis le cercle n’a cessé d’encadrer et de former des jeunes (beaucoup d’encadrants du groupe adulte d’aujourd’hui viennent des groupes enfants)

Cette section est composée de quatre groupes, Débutants (ils ne se produisent pas en costume), Continuants, Enfants spectacle et Adolescents.
Ils participent dès que possible aux sorties avec le groupe adulte, mais ils ont également leurs propres prestations.

SKILTON à Plougastel

Cours Dajot à Brest